voyages solidaires

Croq’Nature

Notre histoire

Nos Assemblées Générales

 

 

L’histoire de Croq’Nature ne serait pas aussi riche si elle n’avait pas bénéficié de l’apport de chaque animateur salarié, des bénévoles et participants, des membres des Conseils d’administration qui se sont succédés depuis plus de 30 ans.

Un grand merci à vous tous.

Notre histoire

L’histoire de Croq’Nature ne serait pas aussi riche si elle n’avait pas bénéficié de l’apport de chaque animateur salarié, des bénévoles et participants, des membres des Conseils d’administration qui se sont succédés depuis plus de 30 ans.

Un grand merci à vous tous.

1985 à 1995 : les années jeunesse

84/85 : Alors que nous tenions un magasin de produit bio à Lourdes, c’est dans l’hiver 84/85 que nous organisons les premiers séjours associant nature et alimentation naturelle (plus exactement macrobiotique).

Cela se passe au chalet de Haugarou tenu par nos amis Jean Louis et Nicole Guillot. Le gîte, situé dans la vallée du Bergons est isolé en pleine montagne au milieu des sapins. L’hiver on ne peut y accéder qu’en ski de fond sur une dizaine de km.

Nos accueillons nos 2 premiers petits groupes de 4 et 5 personnes en janvier et février. Anne fait la cuisine, Jean Louis accompagne les participants en ski de fond toute la journée, tandis que je tiens notre magasin à Lourdes.

L’été 85, Jean Louis et moi organisons une semaine de vie en pleine nature au bord du lac d’Isaby avec 4 participants.

En novembre 1985, nous créons l‘association « Alimentation Naturelle Loisir » afin que ces séjours aient une assise juridique.

Durant l’hiver 85/86, nous renouvelons l’expérience des séjours « ski de fond au chalet de Haugarou ». Claire De chabot, professeur de yoga, amène avec elle 6 de ses élèves (Claire renouvellera l’expérience).

L’association « Alimentation naturelle loisir » devient CROQ’NATURE.

C’est durant l’été 1986 que nous organisons le premier séjour pour enfants dans un petit camping du village de Gez. Anne est la directrice (elle a son diplôme) et nous réunissons une douzaine d’enfants dont les 2 nôtres qui sont en fait les enfants de nos amis. Domi fait la cuisine avec Anne, Marco et moi faisons les animateurs. A cette époque les « bons » vacances pour les aides aux vacances sont importants et c’est grâce à cela que nous finançons le séjour.

La semaine qui suit j’accompagne 4 personnes faire le tour du val d’Azun à pied. Ce parcours a été mis en place par plusieurs gîtes dont celui d’Arrens Marsous, crée par Guilaine et Vincent les fondateurs de la Balaguère. C’est le premier d’une série de plusieurs années.  

En janvier 1987, nous fermons notre magasin à Lourdes pour se consacrer à plein temps à notre nouvelle activité de séjours nature.

Durant l’hiver nous organisons 2 séjours au refuge de Haugarou et nous tentons des séjours pour famille en ski de piste mais sans succès.

En juillet nous organisons un séjour pour enfants de 6 à 14 ans dans les Pyrénées à partir du camping à la ferme du village d’Arcizan dessus avec une vingtaine d’enfants.

2 randonnées à pied dans le val d’Azun, puis nous prenons la route jusqu’en Bretagne dans les cotes d’Armor (terre natale de Anne) pour accueillir une vingtaine d’enfants pour le premier séjour enfants en Bretagne.

Nous logeons dans la cour de l’école de Locquemeau sous tente à 400m de l’océan. Les conditions sont rustiques…

Hiver 87/88 : nous louons pour toutes les vacances scolaires d’hiver un centre de vacances à Pouzac (2km d’Ordizan) pour y accueillir des familles. Une soixantaine de personnes viendront cet hiver là. Nous faisons du ski de piste à La Mongie et du ski de fond à Payolle.

ETE 88 : Durant l’été nous organisons 2 séjours de vacances pour les enfants en juillet et août dans les Pyrénées à partir d’un camping à la ferme à Arcizan-dessus dans le val d’azun ou nous avons installé nos marabouts, 2 randonnées dans le val d’Azun, 1 séjour pour les enfants en Bretagne pour une vingtaine d’enfants et nous organisons le premier stage à la découverte des algues avec Hélène et Matéo Magarinos pour une vingtaine de personnes.

Hiver 88/89 : c’est en novembre 88 que Jean Luc organise le premier voyage dans le Hoggar algérien. Avec lui, 2 parents d’enfants venus en séjours, 3 randonneurs + Marco et Domi.

Hiver 88/89 suite : nous avons loué la maison de la croix rouge à Argeles Gazost. Durant l’hiver nous accueillerons une soixantaine de personnes venues en famille et une soixantaine d’enfants venus en colo ski.

C’est lors du nouvel an de cette année que nous nous lançons le défit d’organiser un grand restaurant pour le prochain salon Marjolaine à Paris en novembre.

ETE 89 : cet été est le vrai début de Croq’Nature, nous louons le centre de vacances de la Salamandre à Arrens Marous dans les Pyrénées. Sa grande capacité va nous permettre d’organiser parallèlement, des randonnées botaniques encadrées par James, un stage de yoga encadré par Irène Nahon, des semaines d’activités multiples en camping pour les familles gérées par Marco pour les adultes et 3 quinzaines de vacances pour les enfants de 6 à 16 ans avec des randonnées à cheval avec Jean Robert et Monique, du rafting, de l’escalade.

En Bretagne, Anne encadre les séjours pour les enfants qui font de la voile, du vélo et des séjours à la ferme.

Au mois d’août il y aura 3 semaines de stage à la découverte des algues encadré par Hélène et Matéo Magarinos.

Il y aura même un séjour dans les landes pour les enfants à la fin août en vélo.

Au mois de novembre : Nous réalisons notre projet, faire le plus grand restaurant au salon Marjolaine. Toute l’équipe est sur le pont et nous servirons plus de 4000 repas végétariens en 9 jours.

En décembre et février, Marco et Jean Luc accompagneront un voyage chacun dans le Hoggar avec 7 et 9 personnes.

HIVER 89/90 : nous louons à nouveau la maison de la croix rouge et nous accueillerons une centaine d’enfants ainsi qu’une centaine en famille durant les vacances scolaires pour faire du ski de piste et de fond.

ETE 90 : idem l’été 89

Automne 89 : voyage dans le Hoggar avec tout le staf car nous envisageons de créer un centre de stages dans les montagnes noires. 

Hiver 90/91 : cet hiver là, nous sommes encore dans la maison de la croix rouge à Argelès Gazost, pour accueillir des séjours ski (piste et fond) pour les jeunes et les familles.

Cet hiver, 2 voyages partiront dans le Hoggar dont l’un sera  encadré par Hélène Magarinos et l’autre par Martine Dargent.

Au printemps, nous organisons notre première session de formation d’animateur nature encadré par Anne et Martine. Ainsi que nos premières vacances de printemps pour enfants dans les Pyrénées.

ETE 91 : en plus de toutes les activités pour adultes et jeunes des années précédentes, nous programmons de nombreux séjours à thème (yoga, Taï chi, massages shiatsu et aquarelle). Les stages sur les algues en Bretagne continuent.

Durant les vacances de la Toussaint nous tentons de faire un voyage pour enfants dans le Hoggar qui restera sans participant.

En novembre nous organiserons le dernier voyage dans le Hoggar avec des animateurs de nos séjours enfants. Ce sera le dernier car lors de notre retour, le couvre feu était déclaré.

HIVER 91/92 : on déménage d’Argelès Gazost vers notre base d’été  « la salamandre » à Arrens Marsous.

Les séjours ski de fond alternent avec les balades à raquettes prennent le pas sur les séjours ski de piste pour les adultes et les familles tandis que les enfants continuent le ski de piste. Nous organisons également des séjours associant yoga et ski de fond avec Irène qui anime nos séjours l’été.

Au printemps, première session de formation de boulanger biologique ainsi que 2 sessions de formation d’animateur nature.

Egalement 2 semaines de séjours enfants pendant les vacances autour de la balade à pied et à cheval.

Eté 92 : Pour les adultes et les familles le programme des randonnées s’enrichit avec les 2 premières randonnées histoire et botanique en pays cathare encadrées par James.

Pour tous les séjours à thème, nous louons un grand gîte dans la vallée d’Estaing pour héberger nos stagiaires avec Domi et Viviane aux fourneaux.

Patricia anime des stages d’aquarelle

Toujours des séjours enfants dans les Pyrénées et en Bretagne. Nous accueillons plus de 150 enfants enfants cet été là.

Hiver 92/93 : idem

Printemps 93 : séjours enfants et sessions de formations de boulangers et animateurs nature.

Eté 93 : idem et premier séjours enfants Saltimbanques.

Fin Août 93 : Suite à une rencontre avec un guide marocain lors du salon de la randonnée à Paris, Martine, moi et nos enfants partons en reconnaissance au sud du Maroc après la saison d’été pour essayer de monter des circuits au Maroc comme nous le faisions dans le Hoggar en Algérie.

Histoire de rencontre avec Naji.

Automne 93 : Suite à un voyage de James en Roumanie, je pars en Roumanie dans les Carpates chez ses amis pour reconnaître un circuit.

Hiver 93/94 : programme familles et enfants au sport d’hiver idem.

Janvier 94 : je repars avec Domi pour rencontrer la famille Azizi

Et dès le mois d’avril 94 : premier voyage d’essai avec notre prof de yoga (Jean Pierre Duclos) qui accompagne un groupe. Résultat moyen d’après lui.

Printemps 94 : 2 sessions de formations de boulangers.

JUIN 94 : Anne, Domi, Monique et Naïc partent faire le premier voyage programmé en Roumanie dans les Carpates.

Eté 94 : les randonnées en pays Cathare ont du succès. Patricia accompagne des randonnées en val d’Azun et va animer un stage d’aquarelle en Bretagne. Egalement stages de yoga avec Irène et Jean Pierre. Tous les séjours enfants Pyrénées et Bretagne continuent.

Hiver 94/95 : ce sera le dernier hiver d’activités familles et enfants.

Quant à l’été 95, il n’y aura que 2 séjours ados encadrés par Anne. Une grande page est tournée, l’envie et l’énergie ne sont plus aussi fortes, nous décidons donc d’arrêter tous nos séjours en France pour entamer une autre expérience en nous consacrant uniquement au voyage au Maroc.

Dès la fin du mois d’août 95, toute la famille déménage à Marrakech.

1995 à 2005 : le Sahara, les Touaregs

Notre présence à Marrakech a 2 raisons : un changement de vie avec une expérience à l’étranger et un accompagnement au plus près de la famille Azizi, nos partenaires.

Saison 95/96 : pour assurer la promotion de nos voyages, je reviens en France pour effectuer un salon à Namur en Belgique et le grand salon Marjolaine à Paris au mois de novembre.

Joëlle Bouchède, une amie d’Arrens va assurer le secrétariat de Croq’Nature pour inscrire les voyageurs désirant se rendre au Maroc.

Nous avons loué une maison et nous assurons l’hébergement des voyageurs. Anne fait la cuisine le jour de l’accueil et le dernier soir avant de reprendre l’avion tandis que je me charge du transport des voyageurs à Zagora avec un minibus que nous avons amené de France.

Cette année là, 128 personnes viendront faire une randonnée chamelière avec la famille Azizi dans le sud du Maroc. L’équilibre financier est compliqué mais ça passe.

Notre relation avec la famille Azizi est quasi familiale. A chaque vacance scolaire, toute la famille se rend à Zagora dans la famille. Cette proximité vont tout naturellement nous conduire à penser le tourisme comme, non seulement un moyen de rencontre mais aussi comme un moyen d’améliorer fortement les conditions de vie de nos amis. L’idée d’un tourisme profitant au maximum aux locaux vient de cette période où nous partageons au plus près les conditions de vie de nos partenaires.

Juin 96 : rester pas rester, les avis sont partagés mais en fin de compte toute la famille rentre en France.

La magie du désert et l’envie de venir en aide aux populations nomades nous a gagné. C’est alors que le hasard fait que je reçois un courrier d’un certain Mohamed Sidi venant du Niger disant « après 4 années de rébellion, nous, responsable de cette rébellion, pensons que l’éducation de nos enfants doit désormais être notre priorité. En effet, le très faible taux de scolarisation des touaregs a pour effet de ne pas être représenté dans les instances de l’état. Nous vous demandons de nous aider dans cet objectif ». Sur nos petites réserves, nous finançons une première classe dans le village de Tin in Taghat dans le nord du Niger pour la somme de 600 000cfa soit 950 euros.

Saison 96/97 : de retour en France, nous mettons toute notre énergie pour faire la promotion des voyages au Maroc et lors du salon Marjolaine du mois de novembre à Paris, un certain Maurice Freund vient nous porter des catalogues qui annoncent la création de Point Afrique qui se lance dans un vol Paris-Gao dès le mois de décembre. Le but : amener des touristes dans le nord du mali pour créer de l’activité économique dans cette région qui sort juste de 5 ans de rébellion. Le défit est immense car cette région est inconnue du public et il n’y a jamais eu de touristes dans la région.

Dès le mois de février, je pars à Gao et j’accueillerais 24 personnes sur 3 semaines. C’est le début de notre collaboration avec le site d’Echag.

Cette année là, nous accueillons 156 voyageurs au Maroc (Sylvain mon neveu faire le lien avec la famille Azizi après notre départ durant tout l’hiver et Mohamed Mokhtassir, qui tiens une boutique au village de Taddert, lui donnera un coup de main pour conduire les touristes de Marrakech à Zagora durant les vacances scolaires).

Parallèlement, avec ce que désormais nous appelons la part développement inclus dans le prix des voyages, nous finançons la construction d’une 2eme classe au Niger et le creusement d’un puits à proximité.

Eté 97 : je me rends dans le nord du Niger au village de Tin in Taghat.

Saison 97/98 :

Maroc : la très bonne qualité des circuits au Maroc va faire décoller l’activité. Le bouche à oreille fonctionne à plein. Nous passerons de 156 à 380 voyageurs cette année là. Cet afflue de touristes commencent à poser des problèmes à la sérénité de la famille Azizi.

Nous décidons donc ensemble de créer un lieu proche des dunes qui sera désormais le point de départ des circuits. C’est le début de la construction du bivouac des 1001 nuits.

Croq’Nature finance l’achat des terrains dans la palmeraie d’Ouled Driss (4500 €) et la famille Azizi dirige les travaux. Elle remboursera une part retenue sur chaque voyageur venu de manière à ce que nous soyons propriétaire à 50/50.

Cette saison là nous aurons 30 personnes au Mali. Sur place c’est le début d’un partenariat entre Mohamed Ahmed et Awa.

Au Niger, suite à ma visite, nous nous lançons dans la construction du grand dispensaire de Tin In Taghat qui sera payé en 3 ans.

Saison 98/99 : les voyages au Maroc marchent de mieux en mieux et nous passons de 380 à 560 voyageurs. Le bivouac des 1001 nuits s’aménage petit à petit et un hammam vient de voir le jour.

Au Mali, Mohamed Ahmed accueillera 72 personnes entre le mois de décembre et le mois de mars.

En fin de saison, je me rends sur place et nous décidons la création de la première classe à Echag.
Maurice a décidé de faire des vols sur Agadez. Nous en sommes bien sur …

Croq’Nature amènera 23 personnes pour les tous premiers voyages au Niger sous la responsabilité locale de Mohamed Sidi. Nous devrons rompre notre partenariat en fin de saison pour la mauvaise qualité de son travail. Parallèlement nous finançons 2 autres classes dans le village de Tefferer.

Saison 99/2000 :

Maroc : 560 à 645, le nombre de nos voyageurs au Maroc continue de croitre et ceci uniquement sur des randonnées chamelière dans le désert avec la famille Azizi. La maison familiale a bien changé et chacun a trouvé sa place. L’aménagement du bivouac continue et la surface, désormais de 5 hectares, comptent 30 tentes traditionnelles pouvant héberger de 4 à 6 personnes, une salle de restaurant, une cuisine, un bassin d’irrigation qui sert de piscine et le hammam.

Ce sera l’occasion de faire notre grande fête du passage à l’an 2000. Nous affrétons un avion Paris-Ouarzazate par l’intermédiaire de Maurice uniquement pour l’occasion. D’autres viennent en voiture depuis la France. Nous serons 150 pour fêter le changement de millénaire et plus de 50 marocains.

Au Mali, 112 personnes se rendent sur Gao dont 19 personnes d’une association de Romans sur Isère.

Cette année, grâce aux voyages, nous ouvrirons une 2eme classe à Echag, un local pour une coopérative artisanale des femmes du lieu et un point santé dans la maison de Michel.

Au Niger : 72 personnes se rendent en circuits par l’intermédiaire de l’agence de Ahmoudou et cet hiver là, nous partons en mission à plusieurs autour de Pierre Rabhi dans le but de créer un centre de formation à l’agro écologie sur le modèle de Gorum Gorum au Burkina. Un partenariat entre plusieurs associations françaises dont AFT et la coopérative Point Afrique est mis en place pour financer le projet. Sur place c’est l’association ADDS, créé par Issouf Maha qui est agronome de formation et qui correspond avec Pierre depuis 1 an, qui sera l’acteur du nos projets au nord Niger.   

 

Saison 2000/2001 :

Au Maroc, le nombre de voyageurs a légèrement diminué passant de 645 à 575. Durant cette saison nous avons continué les investissements sur le bivouac des 1001 nuits et nous avons financé la construction de 4 puits dans la région de Chigaga pour les nomades du lieu.

Au Mali : nous avons eu 133 voyageurs dont 19 personnes qui sont allées au pays Dogon avec l’agence Française la Burle. Nous avons financé le recreusement du grand puits d’Echag pour lui ajouter 5 m de plus en profondeur et nous avons assuré le fonctionnement des cantines scolaires des 3 classes déjà financées.

Au Niger : 188 personnes effectuent un circuit en randonnée chamelière dont quelques personnes en circuits 4×4. Cette année là nous financerons la création de 2 nouvelles classes et le fonctionnement des 2 existantes, nous financerons également le creusement de 5 puits éparpillés sur le territoire de l’Aïr et nous continuons le financement du centre d’agro écologie d’Arharous en partenariat avec le point Afrique.

Algérie : reprise de nos voyages arrêtés depuis 91 avec 3 groupes pour un total de 20 personnes.

Saison 2001/2002 :

Maroc : stabilisation du nombre de voyageurs avec 586 personnes toujours uniquement en randonnée désert ou en séjour au bivouac des 100 nuits. En partenariat avec le ministère de la coop allemande, nous finançons un ensemble école/dispensaire au pied des dunes de Chigaga et un centre artisanal pour les femmes du village d’Ouled Driss.

Mali : de 133 voyageurs, nous allons cette année atteindre notre apogée en faisant voyager 171 dans le désert avec les équipes de Mohamed Ahmed.

Egalement 45 personnes au pays Dogon. Nous financerons le fonctionnement des classes et participerons au financement des classes en dur à Echag.

En effet jusqu’à présent, il s’agissait de classes en bois, recouvertes de nattes et un financement de l’état a permis la construction d’une école complète de 3 classes.

Niger : pas d’avion à Agadez cette saison là et la longue distance de Niamey a découragé les candidats au voyage. Nous continuons à financer le fonctionnement des cantines scolaires et le centre d’agro écologie.  

Algérie : Grâce aux avions du Point l’activité voyage repart en Algérie, nous accueillerons 138 personnes en randonnée cet hiver là sous le couvert de l’agence de Ahmed Rikab.

Nous finançons le creusement du puits de Touffadet, lieu de départ de nos randonnées chamelière.

Saison 2002/2003 :

Maroc : de 586 à 823 personnes cette année là au Maroc (communication importante dans plusieurs revues féminines après un voyage de presse sur des séjours spéciales femmes encadrés par des femmes qui ne se fera jamais car les hommes ont mis les OLA) dont 21 personnes font une nouvelle randonnée du coté de Fès. Tout est parfait et nous terminons le financement du complexe Ecole/dispensaire de Chigaga.

Mali : baisse de 20% cette année là, sans doute que les départs retour le vendredi y sont pour beaucoup. Nous continuons de financer les cantines scolaires et nous ouvrons une nouvelle classe à Takalafat. Suite à une sécheresse terrible, qui a asséché le seul puits de 85m pourtant recreusé et qui menace de faire fuir tous les nomades autour de l’école, nous entreprenons un forage de 110m avec l’installation d’une pompe à main. Cela coûte une fortune pour nous (18 000 €) mais C’est toujours aujourd’hui ce forage qui rend le lieu vivable. Sans lui tous les habitants auraient dû fuir.

D’autre part, nous achetons un carré près de chez Awa pour 800 € et nous construisons une maison (4500 €) qui sera le siège de l’agence Echaghill voyage pour être en conformité avec la loi.

Niger : 1 seul groupe de 7 personnes pour cause de début de rébellion. Nous continuons de financer les cantines scolaires et nous permettons la construction de 2 nouveaux puits.

Algérie : 223 touristes pour une très belle saison touristique. C’est à partir de cette année là que nous décidons d’orienter les parts développement vers les zones qui en ont le plus besoin. En l’occurrence les parts algériennes vont vers le Niger et le Mali beaucoup plus nécessiteux en termes de besoins vitaux.

Saison 2003/2004 :

Maroc : l’attentat au mois de mai 2003 à Casablanca, a engendré une baisse de  fréquentation de 10% par rapport à la saison précédente.

En ce qui concerne le bivouac des 1001 nuits, 1600 personnes (hors Croq) ont séjourné 1 ou 2 nuits au bivouac. Cet apport d’une clientèle de passage compense largement la baisse des randonnées pour la famille Azizi.

Mali : + 15% de voyageurs, cette augmentation vient essentiellement d’une plus grande fréquentation en pays Dogon. Nous continuons le financement des cantines et nous finançons la construction d’un pensionnat dans un carré à coté du bureau pour 5000 €.

En effet les premiers élèves ayant débuté dans la première classe en 97 termine le cycle primaire.  

Niger : pas d’avion prévu… donc passage par Niamey,  puis des avions directs en janvier avec Go voyage décidé à la dernière minute. Résultat, 27 personnes de Croq’Nature seulement cette saison là.

Pour la saison prochaine, toutes les conditions sont réunies pour faire une bonne saison. Nous encourageons Issouf Maha à créer sa propre agence de voyage car il ne peut dégager de salaire du centre d’agro écologie. Après une réunion à Bidon au siège du Point, il est décidé qu’il sera le réceptif pour Croq et pour le Point Afrique. Croq’Nature consacre 6400 euros pour financer la construction de l’agence à Agadez. Le point fera un prêt pour l’achat de 4×4.

D’autre part cette année là nous finançons la construction de 3 nouveaux puits et le clôture d’une immense zone de jardinage.

Algérie : début des problèmes. L’enlèvement de 3 touristes allemands en mars 2003 par des groupes salafistes a eu un effet désastreux. De 223 voyageurs, nous passons à 56.

Saison 2004/2005

Maroc : Baisse de 22% du nombre de voyageurs (essentiellement sur les randonnées dans le désert, sans doute en raison de l’ouverture de nos premiers voyages en Mauritanie).

Afin d’assurer un accueil de qualité en fin de circuit et d’assurer une stabilité pour la famille de Mohamed Mokhtassir qui gère désormais tous les transports, nous achetons la première partie d’une maison à Marrakech pour la somme de 50 000 €. Cette somme sera remboursée par Mohamed petit à petit en retenant 15 €/nuitées sur chaque clients.

Dès cette première année de fonctionnement, nous ferons 600 nuitées.

Cette maison installée, nous permet d’envisager désormais d’autres circuits au Maroc. Les premières randonnées en montagne dans le Haut Atlas accueilleront une trentaine de personnes.

Mali : baisse de 30% du nombre de voyageurs essentiellement sur les randonnées dans le désert. Les circuits au pays Dogon sont en pleine expansion.

Nous assurons néanmoins les cantines scolaires et l’entretien des écoles avec une nouvelle école à Eménaghil+ les premiers financements pour 2 jeunes bacheliers en école d’infirmiers dont une jeune fille ainsi que la fin de l’aménagement du nouveau pensionnat.

Niger : c’est reparti. 167 voyageurs.

L’organisation d’Issouf à travers son agence Agharous voyage est parfaite. Des équipes pour Croq et des équipes pour le Point. Il assure ainsi son salaire et le suivi du centre d’agro écologie.

D’autre part nous assurons le financement des cantines scolaires, la création d’une nouvelle école et la prise en charge d’une vingtaine de collégiens à Agadez et une aide d’urgence aux éleveurs suite à la sécheresse.

Algérie : de 56 personnes à 84, légère augmentation dont 9 personnes ont effectué une randonnée du coté de Timimoun.

Mauritanie : première année de voyage en Mauritanie avec 97 personnes. La logistique est assurée par kaza, un ancien guide de la Balaguère et par Ahmed rencontré lors du salon de la terre à Johanesbourg où nous sommes allés avec Issouf, invité par le MAE.

Ahmed est le président d’une association de femme à Atar et ancien prof d’histoire.

2005 à 2015 : de nouveaux horizons

Maroc : Stabilisation du nombre de voyageurs mais baisse de 40% des randonneurs dans le désert compensée par une augmentation du nombre de randonneurs en montagne et des gens qui séjournent dans la maison de Marrakech ou au bivouac des 1001 nuits. Naji Azizi, chef de famille, choisi d’investir l’argent gagné dans l’achat des terres autour de chez lui et d’y planter de bonne variété de palmiers. Ce choix est salutaire aujourd’hui.

Mali : même nombre de voyageurs que l’année précédente. Un nouveau projet voit le jour provenant la coop des femmes de Zindiga qui rassemble 100 femmes. Il s’agit d’un jardin communautaire qui produit déjà des légumes. Nous finançons un hectare de plantation d’arbres fruitiers avec pompe et tuyaux ainsi qu’une clôture pour l’ensemble. Nous participons également au financement de l’école en dur de Takalafat. Nous continuons les cantines et les études en école d’infirmier.

Niger : 138 voyageurs se rendent dans l’Aïr (-17%). L’agence Atalante se rajoute à l’agence d’Agharous voyage qui emploie désormais une bonne soixantaine de personnes durant 4 mois. En plus du financement des cantines des 5 écoles, de l’aide aux collégiens à Agadez, nous mettrons en place 5 banques de céréales.

Algérie : très forte augmentation des circuits en Algérie 140 contre 84. Suite à de nombreuses plaintes de nos guides et chameliers qui n’étaient pas payés depuis plusieurs mois, je romps notre long partenariat avec l’agence d’Ahmed RIKAB en allant payer moi-même le retard de paiement. C’est Tidjani Raggani qui assure l’intérim avec son agence durant toute la saison.

Mauritanie : légère augmentation avec 111 voyageurs. Là aussi, nous avons rompu également ici avec notre prestataire au bout d’un an seulement. En effet Kaza avait récupéré les adresses et téléphones de chaque personnes venues l’année précédente et les incitait à s’inscrire ainsi que leurs amis directement auprès de lui sans passer par Croq’Nature. Je décide de travailler avec Sid Ahmed, un mauritanien diplômé qui avait travaillé en stage durant 2 ans dans les bureaux de Point Afrique à Bidon et avec qui j’avais sympathisé à plusieurs reprises. Son appartenance à la minorité noire, franchement écartés par les Maures (Haratines) a fait pencher la balance. Du coup, il a employé de nombreuses femmes au siège de son agence pour faire la cuisine.

Saison 2006/2007

Maroc : La fréquentation repart à la hausse car nous innovons avec un tout nouveau type de circuit « auto tour ou circuit en liberté » (239 personnes pour une première année). Et une randonnée facile de découverte du désert adaptée aux familles.

Un tout nouveau venu dans l’organisation c’est Abdel, le neveu de Mohamed Mokhtassir.

Un très grave accident cette année là, verra 6 morts parmi nos voyageurs lors de la chute de notre minibus dans le col de Tichka suite à la neige.

Dans le cadre de la mise en place des circuits en liberté, nous accordons un prêt de 5000 € à Souad pour transformer la maison familiale à Taliouine en maison d’hôte. 3 des 5 familles du village de Zaouit (passage de nos circuits) perçoivent une aide de 1500 € (moitié don et moitié prêt) pour construire des toilettes et des douches. Dans les 2 cas, le remboursement se fait par une retenue sur les recettes à venir.

Mali : 40% de baisse de fréquentation suite aux troubles qui secouent la région de Kidal. Le MAE déconseille toute la zone au nord de Gao. La fréquentation en pays Dogon reste stable. Nous continuons les aides aux cantines, aux collégiens et étudiants infirmiers.
C’est le début du jardin d’enfants d’Awa et nous l’aidons par un premier versement de 2500 €.

Une aide sera également versée à un groupement de paysan du pays Dogon.

Niger : chute de 40% de la fréquentation pour les mêmes raisons qu’au nord du Mali. En plus de l’aide aux écoles et aux collégiens, nous allons financer à hauteur de 8000 € l’adduction à l’eau pour le complexe (école, centre de santé et centre de formation à l’agro écologie) depuis la mine de Tchirozerine. Une association de commerçant lourdais, venue en voyage l’année précédente va financer l’installation solaire de 2 écoles des Bagzanes.

Algérie : comme la saison précédente, 144 personnes partent en Algérie. La rigueur de Tidjani rend notre collaboration facile.

Mauritanie : + 10% cette année de voyageurs. Dans le cadre du financement d’aide aux projets, la somme de 4000 € sera allouée au centre féminin d’Atar présidé par Ahmed Ould Jahid, notre professeur d’histoire.

Saison 2007/2008

Maroc : + 30% au Maroc avec 980 personnes cette saison (dont 2000 nuitées à la maison d’hôte à Marrakech soit une augmentation de 45%). Une partie des gains de l’argent consacrée au développement viendra financer le projet de ferme au village de Zaouit (achat de 3 vaches et aménagement d’étables pour un montant de 4500 €).

Début du partenariat avec le village d’Aït tamlal de Rachid Idar (l’instituteur). 1000 € pour refaire toutes les peintures intérieures des 3 classes et au village à coté pour l’installation d’une pompe dans le puits.

Mali : reprise des voyages sur Gao (+30% par rapport à la saison passée).  Au pays Dogon, Yannick (employé jusqu’alors par la Burle) et Moïse (chef des guides) crée l’agence « L’Harmattan solidaire » pour acquérir leur autonomie. Ce sont donc nos nouveaux partenaires en direct car jusqu’à présent nous passions par la Burle en France.

Niger : Annulation des vols pour cause de rébellion donc 0 touristes. Suite à une forte répression de l’armée, de nombreux nomades de la région d’Iférouane se retrouvent isolés, ayant dû fuir leur habitat habituel et se retrouvent dans un total dénuement, nous consacrerons 7500 € pour l’achat de riz et de pâte en Algérie pour leur venir en aide et 2000 € pour toutes les familles de l’agence se retrouvant sans la moindre ressource. Le financement des cantines scolaires est assuré.

Algérie : légère diminution (127 contre 144 l’an passé). La saison se déroule sans problème particulier.

Mauritanie : 115 voyageurs soit le même nombre qu’il y a 2 ans. La saison, en raison de l’annulation des voyages au Niger était très bien partie. Hélas, le meurtre des 4 français au sud de Nouakchott entraîne l’annulation du Paris Dakar et l’arrêt brusque des inscriptions aux voyages. Nous réussirons à maintenir 80% des inscrits pour le départ.

Saison 2008/2009 (Meilleure saison avec 1400 voyageurs)

Maroc : cette saison sera la meilleure saison depuis notre début et jusqu’à ce jour. Plus de 900 personnes ont effectué un séjour avec Croq’Nature au Maroc et plus de 2500 nuitées à la maison d’hôte de Marrakech. Cette année là, nous avons organisé une grande fête pour fêter nos 15 ans de collaboration avec la famille Azizi. Plus de 150 personnes étaient présentes dont l’ensemble de notre CA. Nous avions organisé l’acheminement de tous nos partenaires sur le territoire marocain depuis Fès jusqu’au bivouac des 1001 nuits. La fête fut mémorable.

Parallèlement, nous avons financé une bergerie dans la vallée du Draa pour des femmes veuves, 3 aménagements de douches, toillettes pour des hébergeurs de nos circuits en liberté, l’électrification de l’école d’Aït Tamlal près d’Essaouira et l’achat d’un taureau au nom de l’association des habitants de la vallée du Zat. Ce taureau servant à tous les éleveurs de vache de la vallée.   

Mali : Affluence record également au Mali avec 100 personnes dans la région de Gao et 130 en pays Dogon. En plus du financement annuel des cantines scolaires, de la prise en charge des collégiens toujours plus nombreux, du jardin d’enfants dirigé par Awa, 2 autres étudiants en écoles d’infirmier débutent leurs études : 2 garçons et 2 filles, également nous lancerons les premières banques de céréales.

Au pays Dogon, il y aura une financement de 5000 € à destination des écoles, de la santé et de micro crédit aux cultivateurs.

Niger :  Le financement des cantines des 6 écoles est assuré et nous consacrerons 7500 € au soutien des plus démunis, isolés par la rébellion.

Algérie : + 10% également en Algérie avec 150 voyageurs. Suite à des différents financiers avec Tidjani, nous changeons de prestataire. C’est désormais avec une agence dirigée à 100% par des femmes autour de Khadidja que nos voyages s’effectuent. La saison se déroulera parfaitement.  

Mauritanie : Aucun voyage. Ce qui couvait l’année précédente est arrivé. Le MAE classe en rouge la Mauritanie.

Saison 2009/2010

Maroc : Forte diminution des randonnées dans le désert, maintien de tous les autres circuits et augmentation de 20% des nuitées à la maison d’hôte de Marrakech. Lancement de nouvelles randonnées dans le Haut Atlas et des séjours de cuisine avec Souad à Taliouine.

De plus en plus de personnes achètent eux-mêmes leur billet d’avion et ne nous prennent que les circuits qui sont par conséquent de plus en plus personnalisé.

Le travail au bureau et sur place avec Abdel prennent une autre forme.

Suite aux très bons résultats de l’année précédente, une prime annuelle pour l’ensemble des accompagnateurs a été versée.

Lancement d’une caisse de micro crédit au village d’Aït Tamlal.

Mali : 215 personnes, stabilisation du nombre de voyageurs au Mali mais avec un renversement de la destination. Suite à l’enlèvement d’un français dans la région de Ménaka, le nombre de voyageurs dans la région de Gao baisse de 60%, tandis que le nombre au pays Dogon augmente de 60%.

Dans un but de rapprocher les communautés Touaregs et Dogon, Jean Luc amène Mohamed Ahmed durant 8 jours pour une rencontre en pays Dogon. C’est la première fois de sa vie qu’il y va.

En plus du financement annuel des cantines scolaires, des études des élèves infirmiers, de l’entretien des bâtiments des écoles et pensionnat, du jardin d’enfants d’Awa, nous augmenterons la mise de fond des banques de céréales et financerons en pays Dogon la construction de 2 puits et la réparation d’une route importante pour les commerçants à hauteur de 7000 €.

Niger : toujours pas de voyageurs. Mais comme  les difficultés n’arrivent jamais seules, une énorme inondation détruit 5 de la ville d’Agadez et presque tous les jardins dans la région de Tchirozérine où résident la plupart de nos partenaires. Nous ferons un grand appel pour une aide d’urgence et nous verserons la somme de 24 000 € à l’association ADDS qui répartira auprès de ceux qui ont tout perdu (tentes, animaux et matériel de cuisine de base).

Mauritanie : quelques rotations d’avion par Point Afrique nous ont permis de faire voyager 30 personnes.

Sénégal : lancement de cette nouvelle destination avec 33 personnes qui se rendent dans le Siné Saloum chez Claudine.

Financement de 500 € pour la mutuelle de santé et de 900 € pour financer en partie le remplacement d’un nouveau moteur pour le moulin à céréales du village de Sandicoly.

Saison 2010/2011 :

Maroc : même nombre de voyageurs que la saison dernière mais avec baisse de 30% des circuits en liberté (suite à l’arrêt brutal des subventions  compensé par une hausse des randos montagne et océan.  

Le prêt fait à Mohamed pour l’achat de la maison à Marrakech est désormais soldé, de même pour le prêt à Souad pour aménager sa maison d’hôte. Celui fait à la famille Azizi pour l’achat et l’aménagement du bivouac des 1001 nuits, il ne reste que 5000 € à rembourser.

Cette saison là, une partie des parts développement financera un atelier de tissage pour une coop de femmes dans la vallée du Dades, une subvention à l’association de Taddert pour aménager un gîte d’accueil touristique et une aide exceptionnelle pour payer l’hôpital du fils de Mohamed Mokhtassir après un traumatisme crânien.

Mali : l’insécurité de la zone rend impossible de se rendre à Gao pour les touristes et seulement 18 personnes pour le pays Dogon sur les 3 vols de Point Afrique à peine rempli à 30%. C’est donc également la fin des vols du Point sur le Mali.

Nous continuons de financer bien sur les écoles, les étudiants infirmiers, le jardin d’enfants d’Awa, l’entretien des bâtiments scolaires et nous verserons une aide aux familles des guides Dogon et de la région de Gao pour affronter cette absence totale de revenu.

Niger : c’est durant cette saison là que les 7 personnes travaillant pour Aréva ont été enlevéés. Tout espoir de reprendre les voyages est anéanti.

Nous continuons là aussi à financer les cantines scolaires et nous entamons une série d’aides (dons et prêts à hauteur de 9000 €) pour les guides les plus entreprenants et sérieux à créer des entreprises sans rapport avec le tourisme comme la compagnie de transports de brousse qu’à monter Issouf avec ses anciens chauffeurs de 4×4 ou une boîte d’import de pneux d’occas ou un point restaurant ou autre. Il s’agit de petits camions plateau qui transportent les nomades ou les jardiniers de leur campement au marché d’Agadez.

Algérie : Chute de 107 à 37 voyageurs cette année. Pas de menaces particulières mais la peur commence a gagner tous les amateurs de désert.

Mauritanie : Plus de voyage mais une aide de 1000 € sera versée à la coop des femmes d’Atar pour financer le lancement de micro projet dans le domaine agricole.

Sénégal : très belle progression des voyages au Sénégal (de 32 à 107 voyageurs). L’organisation de Claudine est parfaite, chaque voyageur revient enchanté. La totalité des parts développement récoltéés dans les voyages au Sénégal est versé à Claudine qui décide avec les femmes du village de Sandicoly de l’affectation du montant. Cette saison là, une partie alimente la mutuelle de santé (caisse où les femmes peuvent puiser en cas de maladie d’un membre de la famille pour payer les frais d’hôpitaux) et le solder finira de payer le moteur du moulin.

Turquie : c’est au printemps 2011 qu’on eu lieu les premiers voyages en Turquie.

Saison 2011/2012

Maroc : au mois de mai 2011, un café au centre de Marrakech, très fréquenté par les touristes explose suite à un attentat, plusieurs touristes sont tués. La conséquence est immédiate, nous enregistrons une baisse de 30% sur le nombre de nos voyageurs. Le ministère du tourisme marocain annonce une baisse de 50% du nombre de touristes sur Marrakech. Cet attentat est par chance le seul à ce jour enregistré jusqu’à aujourd’hui.

Mali : suite à l’annulation des voyages en raison des problèmes de sécurité, nous organisons une visite du nord Mali avec Jean Luc, Claudine Kélifa (Présidente d’AFT) et Mohamed Mokhtassir invité à voir la situation.

Nous irons ainsi voir toutes les écoles, les banques de céréales soutenues et rencontrer tous les chefs de zones pour parler de la situation. Durant ce tour, le gouverneur et le Maire de Djébocq qui restera avec nous durant toute la tournée, nous a affecté 25 militaires maliens. Il y a aussi une autre équipe de 20 combattants touaregs (membre du futur MNLA).

Tous les versements annuels sont assurés (cantines, collégiens, jardin d’enfant, etc.). une aide au plus démunis est également versée (4000 €).

Niger : Pas de voyage mais ici la situation est sous l’égide de la réconciliation nationale. Tout le monde est uni pour lutter contre les salafistes et ceci est toujours d’actualité à ce jour. Nous assurons le financement des cantines, des collégiens et une aide exceptionnelle aux réfugiés qui affluent de Libye.

Algérie: Annulation de tous les voyages en Algérie suite à la chute de Kadhafi en Libye.

Turquie : succès pour ces nouveaux voyages avec 80 personnes pour notre première saison complète. Chaque voyageur revient enchanté.

Tunisie : Suite à un voyage de reconnaissance au début de l’année 2011, nous enregistrerons 65 voyageurs cette première saison.

Un prêt de 4500 € a été accordé à la famille Ben Mna pour aménager une grande salle et des sanitaires/douches dans la cour familiale pour faire dormir les futurs touristes.

Madagascar : Olivier Carrère, premier voyage au mois de mai 2012 avec 10 participants.

Saison 2012/2013 :

Maroc : la baisse continue – 20% (80% de baisse sur la maison d’hôte de Marrakech) ce qui fait – 40% en 2 ans. Comme les mauvaises nouvelles n’arrivent jamais seules, nous avons perdu cette année Jamel (le petit frère de Mohamed Mokhtassir) qui conduisait notre minibus depuis des années.

Face aux très grosses difficultés de la maison Taddert à Marrakech, nous devrons consacrer 8000 € pour venir en aide et payer des charges.

Mali : Après 1 année d’occupation du nord par les salafistes pour y instaurer la charia, ceux ci ont été chassé par l’armée française mais la confusion est totale.

Le stock des banques de céréales a été dilapidé (plus personne n’avait de quoi payer), les écoles ont tourné au ralenti mais contrairement à toutes les autres écoles, elles n’ont jamais fermé. Suite à un appel d’urgence, une somme de 21 000 € a été rassemblée et a permis d’acheter du mil pour ceux qui n’avait plus rien.

Niger : le financement des cantines scolaires a été assuré et une aide d’urgence de 10 000 € pour les réfugiés a été versée.

Sénégal : descente de 61 à 23 voyageurs, les troubles chez les voisins du Sénégal et l’élection controversée rendront le Sénégal moins fréquentable. Le soutien aux diverses associations locales et la mutuelle de santé continue.

Turquie : 80 voyageurs l’an passé et 84 cette saison. L’activité se maintient.

Tunisie : 65 voyageurs l’an passé et 79 cette saison, c’est presque inespéré.

Madagascar : 10 personnes l’an passé et 22 cette saison.

Tchad : en février 2012, le Point Afrique affrète un avion pour assister au premier festival des traditions sahariennes dans le nord du Tchad en vue de lancer une campagne de voyage pour la saison prochaine. C’est un succès.

Dès Noël 2012, le Point lance ses avions sur Faya Largeau, il y aura 8 rotations Marseille-Faya Largeau. Croq’Nature est le seul TO au coté de ce projet fou du Point.

Jean Luc part 7 semaines pour mettre au point une équipe et surtout faire de la formation dans une zone où le tourisme n’a pratiquement jamais existé.

Nous ferons voyager 75 personnes dont 24 de Vision du monde et de la Balaguere.

Saison 2013/2014

Maroc : toute petite reprise + 8%. Mais grosse difficulté financière à la maison Taddert dûe à des problèmes de gestion de Mohamed (nous mettons la main à la poche de 7000 €) pour le sortir de ce mauvais pas.

Mali : face à une situation de quasi famine de certain, nous avons fait appel à votre soutien pour acheter 30 tonnes de mil qui ont été distribué au plus nécessiteux. Le financement des cantines a repris avec la réouverture des 5 écoles, 1 (la sœur de moïse) des 3  étudiants infirmier a terminé major de sa promo à Mopti. Sur les conseils du directeur de l’école, elle va exercer 1 an à l’hôpital et reprendre les études pour devenir chef infirmière. 1 puits maraîcher a également été financé à Yendouma. Nous avons fait appel à La Balaguère pour co-financé. Merci à eux.

Niger : financement des cantines et petite aide de 1500 € aux réfugiés dans la commune de Tchirozerine.

Sénégal : reprise des voyages (de 23 à 67 voyageurs cette année). Mutuelle de santé et financement pour concours de la cour la plus propre dans le cadre d’une action sur l’hygiène.

Turquie : + 20% de voyageurs cette saison en partie dû au nouveau séjour uniquement sur une découverte d’Istanbul.

Tunisie : – 30 %, la montée des islamistes après le printemps arabe fait peur.

Madagascar : cette destination ne décolle pas. 15 voyageurs seulement malgré un très beau programme et un guide exceptionnel.

Tchad : nous ferons le même nombre que l’an passé mais Vision du Monde et la Balaguère annulent la destination de leur programme.

Vietnam: Mars 2014, Jean Claude Flanet membre de notre CA, qui se rend depuis des années au Vietnam, nous a convaincu de faire des voyages au Vietnam. C’est donc au mois de mars que nous partons à 4 (JC, Daniel, Monique et moi) pour une reconnaissance dans le nord du Vietnam. Les premiers départs auront lieu au mois de juillet.

Pour résumer quelques chiffres :

En 20 ans d’organisation de voyages, nous avons fait voyager 18 000 personnes et consacré 950 000 € à des projets de développement.

Pour conclure le récit de cette aventure, je rajouterai que tout ceci n’aurait pas été aussi passionnant si Anne, puis Dominique et Christine n’avaient pas apporté leur pierre à cette histoire en travaillant sans calcul au bureau, si Albert n’était pas été aussi présent depuis 20 ans, si Patricia n’avait pas été de chaque aventure avec le dévouement qu’on lui connait quand il s’agit d’accueillir nos amis étrangers à la maison ou nous même, si Claudine, Jean Pierre, Jean Claude et Daniel mes compères des derniers voyages, n’avaient pas amené également leur personne à cette histoire, sans oublier les derniers arrivant au CA. Merci.

2015 à 2017 : encore plus loin

Saison 2014/2015

Madagascar : toujours une petite fréquentation de ce pays malgré ses atouts. 1000 € sont consacrés à réaliser des escaliers sur 600m de dénivelé jusqu’au village d’Ankavandra.

 

Maroc : chute libre – 28% du nombre des voyageurs. Nous consacrons + de 6000 € à venir en aides aux sinistrés suite aux inondations du Sahara et de l’Atlas + augmentation de 3500 € pour la caisse de micro crédit.

Mali : achat de 35 tonnes de mil pour les plus démunis, creusement d’un puits maraîchers aux pays Dogon pour une coop de 120 femmes, réparation du forage, suite des aides aux cantines scolaires et à la prise en charge de 4 étudiants infirmiers.

Niger : financement des cantines scolaires et grosses aides d’urgence aux plus démunis de la commune de Tchirozerine.

Sénégal : nouvelle chute du nombre de voyageurs suite à l’épidémie Ebola qui a touché la Guinée voisine. Suite du financement des aides à la mutuelle de santé et de l’opération « village propre ».

Tchad : arrêt des vols Point Afrique faute d’inscrit. Nous n’avons donc pas eu de voyage cette saison.

Turquie : chute de 55% du nombre de voyageurs suite au déclanchement de la guerre en Syrie.

Tunisie : l’attentat du musée du Bardoo a fait chuter de 80% le nombre de nos voyageurs.

Vietnam : Le Vietnam est devenu dès la première année, notre deuxième destination en nombre de voyageurs (125 personnes). Le rythme du circuit, l’accueil de chaque hôte vietnamien, le grand professionnalisme et la gentillesse de Tuan notre guide et l’organisation parfaite de Thoa au sein de sa petite agence, ont fait l’unanimité de tous les voyageurs cette saison. 

 

Saison 2015/2016

Madagascar : seulement 5 voyageurs cette saison.

Maroc : 50% de chute du nombre des voyageurs. La crise se confirme. On a maintenu les salaires des 3 permanents en attendant.

Cuba : plus de 180 voyageurs dès la première année. Cette première saison de voyages sur Cuba est un vrai succès et nous devons à cette réussite, l’équilibre général de nos comptes.

Nos partenaires locaux qui font partie du groupement d’agrotourisme cubain (le PIAL) sont désormais bien organisés pour recevoir les voyageurs. Une vraie dynamique est en route et nous allons intégrer d’autres lieux du PIAL dans nos voyages.

Mali : plus de 12 000 euros consacrés à l’achat de mil et de chèvres suivre à la sécheresse et la famine. Financement des cantines scolaires et du jardin d’enfants à Gao.

Niger : aides d’urgence également à nos amis du nord Niger. Financement des cantines scolaires.

Sénégal : la chute se confirme avec seulement 2 voyageurs pour toute la saison.

Tchad, Turquie et Tunisie : 0 voyageurs.

Vietnam : après l’engouement du lancement la saison dernière, auprès  des fidèles de Croq’Nature, nous accueillons 70 voyageurs cette saison. Nous finançons la remise en état complète du bassin d’eau potable de la commune de Mai Hich. 

Saison 2016/2017

Cuba : 150 voyageurs, l’enthousiasme demeure pour cette destination. Le bouche à oreille a bien fonctionné. Les voyageurs de la saison dernière ont fait venir leurs amis. Nous avons financé une aide d’urgence aux sinistrés de l’ouragan Mathew et  la formation de nos 4 guides. Sur le modèle du Maroc, un prêt de 15000 euros  a été accordé à Felix pour aménager une maison d’hôte à la Havane.

Madagascar : 12 voyageurs cette saison. En plus de l’achat de matériel agricole pour le village d’Ankavandra, un prêt de 4000 euros a été accordé à Andry (notre guide) pour l’achat d’un 4×4 pour transporter les touristes. Cette acquisition lui garantit un salaire régulier.

Maroc : encore 20% de chute supplémentaire du nombre des voyageurs.  Diminution du salaire des permanents en laissant une certaine autonomie pour travailler en direct.

Mali : les aides d’urgence sont devenues incontournables. Maintient sans faille du financement des cantines scolaires et du jardin d’enfants à Gao.

Niger : aides d’urgence également à nos amis du nord Niger. Financement des cantines scolaires et création d’une nouvelle caisse de microcrédit féminine.

Sénégal : très légère reprise avec 17 voyageurs pour toute la saison.

Tchad, Turquie et Tunisie : 0 voyageurs.

Vietnam : maintient du nombre de voyageurs cette saison.

Ethiopie : reconnaissance d’un tout nouveau voyage.

L’assemblée générale 2017 à Périgueux 

Les assemblées générales précédentes